Deux jours de lecture qui décoiffent !

Jamais plus, de l’autrice Colleen HOOVER, 408 pages officielles, paru aux Éditions de Noyelles en 2017. Un sanglot romanciak. 

Déposition : Lily, 23 ans. Ouverture du front. Six points de sutures. Des lettres manuscrites. Présente des contusions d’Amour et des marques de Haine. Déclare :

« C’est épuisant, la haine ».

BarreSeparation

Dès les premières lignes, je suis captivée et rassurée de constater que je ne suis pas la seule à me poser ce genre de questions qui met un froid dans une conversation : est-ce que ça fait mal de s’écraser au sol après avoir sauté d’un pont ? Est-ce que tu regretterais d’avoir sauté ? 

Jamais plus

Un Sanglot Romanciak agrémenté d’un Élixir au Chocolat

A la lecture, les mots sont subtils, comme les gestes décrit par Lily. Chaque parole a un impact subtil. Il faudra beaucoup de courage à Lily pour ne pas se resservir un autre Élixir au chocolat. Ne devient-on pas addicte au chocolat très vite ? Imaginez-vous la force dont il faut faire preuve pour ne pas manger encore un dernier carré de chocolat ? A combien en suis-je depuis le début de la lecture, 5, 6 peut-être 7 ? C’est vraiment difficile de s’en rendre compte tant les effets de ce minuscule breuvage étourdissent rapidement et d’un coup vif tous mes sens.  Combien de shots avant de faire un choix ? Combien pour supporter un coup ? Aucun alcool, je pense, n’est assez puissant pour nous faire oublier ce genre de violence et ce genre de lecture. 

Après tout, la vie, c’est comme un Élixir au chocolat, tant qu’on ne le croque pas, on ne se rend pas compte que : 

  • C’est liquide à l’intérieur, ça dégouline, ça nous échappe.
  • Il ne s’agit pas d’un peu de chocolat mais bien un puissant alcool qui monte à la tête.

Comme un coup, une gifle, un mot, seulement 15 secondes suffisent à vous mettre dans un état de transe. A nous de décider quel genre de transe nous voulons. Parce que quoi que l’on puisse en dire, il s’agit bien de faire un choix qui déterminera le reste de notre existence. Sommes-nous obligés de cautionner des comportements violents ? Sommes-nous obligés de pardonner par amour ? 

Je vous laisse lire ce magnifique témoignage d’une fille à sa mère, pour connaître quel choix a fait Lily. 

Par combien de shots vous êtes vous laissés séduire ?

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

2 réflexions sur “Deux jours de lecture qui décoiffent !

  1. Pingback: Bibliothèque des auteurs – Papiers mâchés

  2. Pingback: Bibliothèque des titres – Papiers mâchés

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s