Peut-on lever le voile sur la vraie nature des sentiments ?

L’étrangeté d’une personne n’est-elle pas ce qui nous attire le plus ? Sommes-nous davantage attirés par le mystère ou par l’humain ? Quoi qu’il advienne, quand le cœur se met à raisonner, il nous entraîne dans un labyrinthe de pensées, toutes plus énigmatiques que les autres. Suivons ensemble le périple de Marek, un homme aimant et dévoué, animé par une seule question : l’amour peut-il être sincère ?

livre et gateau sur une serviette blanche
Quelque part, quelque chose d’inavouable

Le véritable amour

Est-il normal d’avoir des doutes sur la sincérité de l’amour que porte une femme envers un homme ? Certainement. C’est cette profonde incertitude qui poussera Marek, un des amis du regretté Axel mort tragiquement dans un accident, à retrouver coûte que coûte la délicieuse Alexandra. Ultime amour d’Axel qui sera mort sans connaître la nature de ses sentiments envers lui.

Position plus qu’inconfortable pour Marek, dont le désir de vérité semble aller au-delà de ses propres besoin. Après tout, chacun fait son deuil à sa façon. Et convaincu que le sien ne peut se faire sans cette réponse absolue, le voilà très vite embarqué dans l’enquête de sa vie. Retrouver Alexandra, qu’importe qu’il lui faille traverser la mer égée ou se rendre à Bali…

A.R. – A. M. Étrange effet miroir. Décrire plutôt qu’expliquer. Sentiment à n’exploiter que dans de très vagues allégories.

Apparemment le seul indice que Marek pourra utiliser pendant son voyage au bout du monde

Le lecteur, témoin dans cette enquête hors du commun, découvre page après page, un frère plus qu’un ami. Il reprendra sa quête du savoir là où Axel n’a pas pu aller. En enquêteur sensible, nous sentons toute la passion que son corps contient dans l’ultime hommage qu’il souhaite rendre à son ami. Voilà une véritable preuve d’amour plus que d’amitié qui se dessine.

Une passion dévorante

Les chapitres courts tiennent en haleine le lecteur. Tous les personnages que croisera Marek sont attachants et apportent chacun leur pierre à l’édifice. J’aime la force de volonté de Marek, qui sans arrières pensées, ira au-delà de ses peurs armé de son seul courage. Il entreprend le voyage de sa vie.

Prit dans le piège à son tour, Marek, aidé de loin par Orhan, va traverser une part du monde pour aller à la rencontre de la détentrice de la nature des sentiments qu’elle portait envers Axel. Emportant dans son périple la fougue d’Axel et le don journaliste d’Alexandra, Marek tentera par tous les moyens de réunir ces deux cœurs que la vie a séparé trop tôt. Marek semble être le lien entre ces deux êtres. La symbolique des fleurs est une idée vraiment intéressante et très bien exploitée dans ce roman. De plus, elle renforce cette passion quasi immortelle.

De plus, la fuite semble prendre toute son importance dans le fait de ne pas savoir comment affronter ses peurs, ses déceptions et son chagrin.

Je te suivrai au bout du monde

Sans être traquée, Alexandra, femme très mystérieuse se fait désirer. Pourtant, nulle envie de se cacher auprès de ceux qui honorent la mémoire de son amour passé. Un amour qui aura eu raison de sa confiance en elle, l’obligeant à s’exiler par la force.

C’est donc une femme ébranlée qui se tient devant nous. Prête à défaillir, elle-même n’a pu faire son deuil. Dans de pénibles efforts, elle se confiera à nous, à sa façon… La vérité n’est parfois pas si facile à déballer.

Dans ce roman, d’une sincérité et d’une douceur assourdissantes, nous traversons également toutes les étapes du deuil, où l’amitié et même la fraternité tiennent les premières places. La plume voyageuse de Virginie, nous permet de nous rappeler l’essence même de l’amitié. Ce roman court est très poétique nous offre la possibilité de répondre à notre interrogation de départ : oui, il est possible de lever le voile sur la vraie nature des sentiments. Seulement, pas d’une façon que nous aurions pu imaginer.

Le mot de l’auteure

J’ai pris les meilleurs de mes voyages du début des années 2010, j’y ai mis tous ceux que j’ai rencontrés et qui ont laissé un impact indélébile dans mon âme et j’y promène Marek, l’alter égo d’un ami qui m’est très cher.

couverture livre l'exilée de virginie vanos
130 pages – 2016 – Broché : 13€49 et numérique : 4.99€
logo edilivre orange
logo amazon
logo simplement pro

Merci Virginie pour ton amitié, ton témoignage, ta force, ton humour.

Si vous avez aimez ce roman, découvrez mes chroniques d’Anna plurielle, Battue et Negombo.
Découvrez également l’interview de l’autrice !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s