Nostalgie version karaoké

Je lis des auto éditésLibrinova! SPÇa fait marrer les oiseaux qui s’envolent, chick-lit/feel-good de l’autrice Dominique Jonin, 144 pages officielles, publié via l’agence d’auto-édition Librinova en juin 2019. Son roman est disponible sur la plateforme et également via Amazon, en version kindle au prix de 2.99€. L’autrice est présente sur Facebook !

BarreSeparation

Paroles de chanson : Michel Sardou, Véronique Sanson, Yves Duteil, Patricia Kaas, Pierre Bachelet, Patrick Bruel, Herbert Léonard, La Compagnie Créole… oui, nous en avons tous entendu parler. Mais que feriez-vous si comme Louise, vous vous mettiez à les croiser au coin de votre rue ? Ils sont tous là, mais il n’y a qu’elle qui les voit ! Louise serait-elle devenue folle ? Lorsqu’elle apprend que dans un petit village des Vosges, un journaliste à la retraite affirme vivre entouré de sosies d’acteurs français de l’après-guerre, elle décide de lui rendre visite…

BarreSeparation

Le fait que cette histoire nous propose une construction atypique et originale en soi comme en témoigne le résumé, est indéniable. En revanche, je pense être passé à côté de quelque chose avec le roman musical que nous propose Dominique (avis mitigé). En effet, je dois avouer qu’au bout d’un certain temps, je me suis lassée des paroles de chanson à répétition (bien qu’il s’agisse d’un roman porté dessus, j’en ai conscience) car j’ai eu l’impression de tourner en rond. Je n’ai malheureusement pas trop accroché à cette lecture qui selon moi est trop axée sur l’insertion des morceaux de chansons des années 80 et pas assez creusée au niveau de la construction de l’histoire. Je dirai donc que ce roman dégage une ambiance agréable pour un bon moment de lecture mais qu’il ne m’a pas fait voyager assez. Peut-être le format de la nouvelle m’aurait davantage mise dans le bain ?

Malgré cela, je reconnais le style frais et gai de l’autrice, qui, à travers les tubes de variétés françaises, m’a fait me remémorer quelques moments passés à chanter ces tubes avec en fond sonore, la radio « Nostalgie ».

Pour ce qui est des personnages, je ne me suis pas identifiée à Louise, dont le côté naïve et enfantine m’a laissée sur ma faim. La jeune femme pense être folle suite aux visions de sosies des chanteurs qu’elle croise à tout bout de champ. Qui ne le penserait pas ? Je dois quand même avouer qu’on sent une certaine évolution dans sa mentalité qui la pousse à accepter les aléas de la vie, tant bien que mal.

Je tournais en rond et je m’interrogeais sur ma nouvelle condition : maintenant que j’étais folle, est-ce que j’avais le droit d’entrer sans frapper et de faire un scandale pour qu’elle s’enfuie ?

Il est vrai que cette histoire rocambolesque a de quoi faire sourire et rire le lecteur. J’aurai apprécié que la psychologie de cette protagoniste principale soit davantage poussée pour ainsi avoir moi-même l’impression de devenir dingue. De plus, lorsqu’elle rencontre Romain à travers un voyage en train mouvementé, leur rapprochement par la suite est pour moi trop rapide. Romain est un personnage assez effacé par rapport à Louise qui, de son côté se bat pour que sa situation retrouve sa normalité. Je n’ai pas aimé son absence de soutien envers Louise.
En revanche, j’ai aimé le personnage de la mère de Louise, qui proche de sa fille et ayant un côté moins « terre à terre », nous rappelle qu’il faut profiter de la vie et savoir accueillir les évènements positifs et négatifs. Ne pas se prendre au sérieux fait parfois du bien ! Et pourquoi pas avec un éclair au café, histoire de reprendre des forces ?

ça fait marrer les oiseaux qui s'envolent - dominique jonin.jpg

Un éclair au café revigorant, histoire de voir si on perd la boule ou non ;p

Ce que j’ai beaucoup apprécié est le soin apporté à la couverture, très colorée et vive, ce qui a tout de suite attirée ma curiosité et mon envie de me plonger dans cette lecture. De plus, je souligne la performance de l’autrice de raccrocher chaque situation a une parole de chanson qui est tout a fait en rapport avec le moment vécu et le contexte de l’histoire. Une lecture-détente pour nous faire passer un bon moment tant la générosité de l’autrice se lit à travers les lignes et les chapitres courts aux aventures loufoques. Sa plume est fluide, ce qui rend cette lecture rapide.

Le mot de Dominique
J’avais envie d’écrire une histoire qui ne se prenait pas au sérieux.
Puis j’ai entendu cette chanson de Cabrel qui passait à la radio et je me suis dit que ça ferait un excellent titre. Mais il me fallait encore imaginer l’histoire…
J’ai pris plaisir à écrire ce roman loufoque, à écouter des dizaines de vieux « tubes » de chanson française des années 80, à arpenter les rues de Mulhouse sur les traces de Louise… mais je n’ai finalement jamais répondu à cette question : « pourquoi les oiseaux se marrent-ils lorsqu’ils s’envolent ? »

BarreSeparation

L’addition, s’il vous plaît

ça fait marrer les oiseaux qui s'envolent - dominique jonin.png

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

« Est-ce que ce monde est sérieux ? »

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Je remercie Dominique Jonin pour sa proposition de SP, pour cette lecture légère et fraîche.

Le livre indispensable de l’été !

Je lis des auto édités

Journal intime d’une parfaite imparfaite, de l’autrice Marie-Laure Étienne, 321 pages officielles, auto-édité en 2019. Son roman est disponible en version brochée et en version électronique sur Amazon. L’autrice est présente sur Facebook et Instagram 🙂

BarreSeparation

Cher journal… : Je m’appelle Anaé, j’ai trente-ans, je suis d’origine antillaise. Mon cœur est à prendre (que le futur père de mes enfants se manifeste ! Je me meurs !). Si vous passez outre mes côtés gaffeuse, naïve et tête en l’air, je crois que nous pourrions aller nous éclater sur un son de Beyoncé ! Puis, ça m’aidera à oublier mon ex, et peut-être même le fait que mon job craint un max… Attendez de connaître les membres de ma famille, vous allez les adorer !

BarreSeparation

Un grand merci à Marie-Laure pour son roman qui apporte un vent frais et pétillant avec lui ! J’ai passé 321 pages à pleurer de rire ! Entre une histoire entraînante, des personnages débordant d’énergie positive (pour la plupart car je déteste son ex !), j’ai vraiment passé un excellent moment de lecture ! Une histoire simple qui fonctionne et reprend les grandes lignes d’un quotidien que nous traversons tous.

Ce livre se lit en peu de temps (j’ai dû ralentir ma lecture). Comme j’ai été triste de l’avoir terminé… Car, tout a été conçu pour nous faire oublier nos problèmes et faire une trêve à la déprime. En effet, les chapitres sont courts et addictifs, je me suis rendue compte de la difficulté que j’avais à m’arrêter de lire, tant l’histoire est légère et prenante. L’écriture fluide, en gros caractères, et la plume humoristique et vive de l’autrice sauront vous rassasier. En parlant de manger…

Journal intime d'une parfaite imparfaite.jpg

Un chick-lit qui, accompagné de St-Jacques au vin blanc, se savoure en un rien de temps !

Parce-que, la nourriture tient une place importante dans ce roman, ce thème souligne avec subtilité l’importance d’un bon repas comme remède, surtout dans les esprits des antillais.

Si je reviens au livre, au début, j’ai été un peu surprise du résumé (qui comme vous pouvez le constater sur la photo de la 4e de couverture, est une fiche d’identité. Assez atypique pour un chick-lit. Peut-être qu’une autre forme pourrait davantage souligner le côté drôle et léger de ce livre ? Quoi qu’il en soit, ma curiosité a été titillée à bon escient. Très vite, je me retrouve en compagnie d’Anaé, une trentenaire qui a la pèche et qui va devoir affronter les aventures d’un quotidien qui se veut proche de notre réalité. Entre un ex qui ne lui lâche pas la grappe, son boss et son collègue qui lui mènent la vie dure, elle n’a pas vraiment de quoi se réjouir et être heureuse. Pour contre-balancer ce contexte un peu maussade et sombre, les personnalités et caractères des autres personnages qui gravitent autour d’elle,  à savoir sa mère, sa grand-mère, sa collègue et sa meilleure amie ; sont plus que nécessaires. Des personnages hauts en couleur qui abordent chacun un style loufoque et amical, voire antisocial pour un.

Je souligne l’effort de l’autrice de simuler un accent antillais en remplaçant les « r » par des « w », ce qui fonctionne très bien ! Petit bémol, de temps à autre, certains « r » ont été oubliés. De plus, souvent, le « e » pour marquer le féminin est absent. Cela n’a pas pour autant terni mon envie de poursuivre ma lecture.

J’apprécie qu’au fur et à mesure de ses rencontres et mésaventures, Anaé puisse changer de point de vue et mûrir. Certains de ses raisonnements peuvent sembler un peu puérils, mais je trouve qu’elle prend du poil de la bête et revêt une armure plus affirmée en fin d’ouvrage. Et puis, la roue tourne ! Comme quoi, il faut toujours croire en son destin, tôt ou tard, tout finit par arriver. Car, il faut avouer qu’Anaé semble attirer le mauvais œil, ce qui fait de ce personnage, une personne touchante et sensible. Son peps et son énergie mettent du baume au cœur.

Anaé est une personne sociable et aimée, ce qui souligne et introduit l’importante notion de réseau social qui gravite autour d’une personne et nous rappelle utilement, la nécessité de pouvoir compter sur des amis ou avoir le soutien de sa famille en cas de doute, de souhait d’abandon ou d’échec.

Des moments de suspense et de doutes viennent au gré de notre lecture, peaufiner certains détails importants, et engendrent des réflexions utiles concernant les choix que nous devons effectuer et les dilemmes que nous sommes amener à croiser sur notre parcours.

J’apprécie que ce livre traite le côté professionnel qui impacte beaucoup notre vie privée. En effet, ne pas aimer son travail, vivre au moins huit heures par jours avec des collègues imbuvables n’est franchement pas aidant à l’épanouissement personnel. Nous le voyons clairement dans ce roman. La difficulté apparaît au moment de faire des choix de vie, d’avoir la force de quitter ses habitudes pour l’inconnu. Car, par ironie du sort, c’est bien connu, cet inconnu fait peur, mais peut être source de liberté en fin de compte.

Une joie sans pareille planait dans l’air.

Je retiens de se roman qu’il nous dit d’oser, de ne pas abandonner en chemin. Un livre qui nous rappelle également que les imprévus font partie intégrante de notre vie et qu’il ne faut pas les combattre au risque de s’épuiser, mais au contraire les accepter même s’ils sont douloureux, car ils nous aident à mûrir nos réflexions. Un message fort et puissant abordé avec légèreté et humour ! Un mélange parfait, non ? Ce roman est tout simplement une personnification de la joie de vivre.

Le mot de Marie-Laure
Parce-que nous avons besoin de sourire.
Parce-que nous avons besoin de rire.
Parce-que nous avons besoin de croire en nous, en nos rêves, et en notre avenir.
Belle lecture !

BarreSeparation

L’addition, s’il vous plaît

Journal intime d'une parfaite imparfaite - marie-Laure Etienne.png

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Êtes-vous à la recherche d’un livre pour l’été ?

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Je remercie Marie-Laure d’être venue me présenter son livre et de m’en avoir offert une version brochée. J’ai adoré ma lecture estivale. Merci pour ton humour et ta joie de vivre !