L’amour mystérieux est courbé…

Je lis des auto éditéslogo-dLa Contemplation des Lignes, de l’autrice Isabel Komorebi, 248 pages officielles, auto-édité en mars 2019. Son roman est disponible en version numérique et en version brochée sur Amazon.

Je vous conseille d’aller faire un tour sur son site web pour vous tenir informés de son actualité : cliquez !

BarreSeparation

En résumé, le magnifique Moodboard d’Isabel !

thumbnail_moodboard la contemplationFINAL

©Isabel Komorebi

BarreSeparation

Le vieux Max m’a toujours soutenu que rien n’arrivait jamais par hasard. Que tout avait un but, que tout avait un sens. Que, même si notre vie ne nous appartenait pas, il y avait un chemin qui était tracé devant nous, telle une ligne, parfois droite, parfois arquée, qui devait nous mener quelque part, là où est notre place. Là où on nous attend.
Mon impression globale sur le roman d’Isabel est un mélange d’étonnement, d’égarement, de mystère, de réflexion personnelle et d’émerveillement. Je suis littéralement troublée par ma lecture qui me laisse presque sans voix, tant j’ai apprécié lire, observer, me jouer des lignes qu’elle décrit avec force, courage, persévérance, sincérité, amertume et passion.
Je suis surprise par l’idée de développer de façon architecturale presque, les paysages qui nous entourent mais également ses émotions. En effet, l’autrice se place telle une dessinatrice, une architecte à la fois de l’amour mais également de notre projet de vie. Cette idée de lignes verticales et horizontales vient presque à nous obséder tant sa démarche est troublante et percutante ! Je n’ai jamais lu pareil roman auparavant.
C’est vrai, tout ce que nous rencontrons, créons,  n’est pas toujours droit. Chaque imprévu est déformé par ces courbes, ces lignes, entendues au sens d’évènements, de rencontres qui bouleversent notre quotidien.
Un mot vient peindre et résumer l’ambiance atypique de ce roman : contemplation. J’y lie une forme d’adoration de mise à nu, de sensibilité, d’admiration envers autrui. Un abandon presque total de nos craintes.
Au fil de ma lecture, je découvre deux protagonistes à la fois complémentaires mais si opposés ! Cet étrange sentiment que deux êtres sont faits pour être ensemble malgré leur décalage ne m’a pas lâchée durant ma lecture. Je ne peux que me demander d’où vient la colère du garçon (Ethan) et la délicatesse de la fille (Lily). J’émets un seul bémol, je n’ai pas accroché au fait que soit redondant la mention du mauvais caractère d’Ethan. Mais je ne peux nier le sentiment plus que réel qui m’habite quand je pense à ce garçon et cette fille, qui par des chemins tortueux, vont se rapprocher.
Isabel Komorebi - La contemplation des lignes.jpg

Une romance qui s’accompagne d’une pizza parma-basilique, maison bien sûr !

J’aime beaucoup l’intrigue qui se joue à travers les histoires des deux protagonistes. Des allusions à la colère ou encore à la peine et à la peur sont présentées. Un vrai mystère s’installe et me pousse à poursuivre page après page, mes découvertes. J’ai hâte de découvrir le dénouement de cette histoire.
La façon dont les corps se désirent mais s’interdisent de vivre pleinement un amour pourtant réciproque, m’interpelle. Cette contemplation des âmes relève presque du religieux, de l’adoration sacrée. Une sorte de dévotion à l’autre. L’autrice dépeint un véritable coup de foudre qui relève du domaine du mystique.
Je trouve remarquable l’enchaînement des deux points de vue dans les chapitres courts et intenses : celui d’Ethan et celui de Lily. C’est une prouesse que de passer de l’un à l’autre sans en perturber la lecture et embrouiller le lecteur. L’autrice nous invite dans sa tête et parvient à transmettre les émotions que les deux personnages principaux ressentent chacun à tour de rôle durant le même instant.
Beaucoup de mystères sont présents au sein de ma lecture qui me pousse à m’interroger sur plusieurs points. Que s’est-il passé ce fameux jour pour Ethan ? D’où viennent les horribles cicatrices de Lily ? Que représentent ces lignes qui nous hantent ?
Au-delà de la recherche de l’amour vrai, ce livre traite aussi des relations entre frères. Un savant mélange entre protection et rancœur. Mais également de la mémoire : intangible, infaillible. L’un se souvient de cet amour pour cette femme, l’autre ne se souvient de rien…
Ce roman parle aussi du temps qui défile et qu’on ne maîtrise pas. Entre passé et présent, le futur est mis à mal et sans cesse redessiné. La notion du temps s’efface pour laisser place à un souvenir à la fois douloureux mais salvateur. Une survie pour une vie. Un passé en commun qu’on ne peut mesurer qualitativement ou quantitativement.
Pour alléger ce texte lourd de sens, l’autrice a judicieusement glissé le symbole de la liberté à travers les chevaux, la passion d’Ethan.
Peut être que mes mots vous paraissent flous, mais ce sont les sentiments que je tire de ma lecture. Je ne vois qu’un horizon fait de lignes droites pourtant l’autrice sait nous emmener au-delà du réel, à la frontière du concret.
Les émotions décrites sont à la fois courtes, intenses, douces et brutales. Comme une expiration trop légère ou une inspiration trop profonde.
Ce roman me trouble. J’ai l’impression qu’une partie de sa compréhension m’échappe.  C’est indéniablement ce qui en fait sa force !

 

Le mot d’Isabel
thumbnail_Presentation_Isabel.jpg

©Isabel Komorebi

BarreSeparation
L’addition, s’il vous plaît

La contemplation des lignes- Isabel Komorebi.png

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Que pensez-vous de cette étrangeté de l’amour ?

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Je remercie l’autrice pour sa patience, sa gentillesse et son originalité qui me permet d’ajouter une touche de fantaisie dans la présentation de ma chronique.

Une bulle de romantisme optimiste

Je lis des auto éditéslogo-dUn binôme idéal, de l’autrice Émilie VARRIER, 190 pages officielles, roman disponible en version électronique et brochée sur Amazon (lien en bas de ma chronique), publié en février 2019.

 

Résumé : Découvrez l’histoire de Cathy, assistante d’une maison d’Éditions, épanouie dans son travail mais qui cache au fond d’elle une blessure profonde laissée par son ex-copain qui l’a lâchée comme une veille chaussette. Un beau jour, Mike, le frère du patron de Cathy, fait son apparition et sera chargé de travailler en binôme avec elle sur un nouveau projet. Mike se révèle être un homme charmant qui ne laisse pas Cathy indifférente. Parviendra t-elle à percer la carapace qu’elle s’est forgée et être heureuse ?

BarreSeparation

La couverture de ce roman annonce qu’il s’agit d’un « roman optimiste ». Je ne vous cache pas que je ne connais pas ce type de roman ou ce style d’écriture. Cependant, je ne peux ignorer la définition du mot -optimiste- et c’est ce dont j’ai besoin en ce moment, alors on peut dire que ce roman tombe à pic !

Je commence ma lecture et l’autrice nous décrit le personnage de Cathy. Je ne peux que m’imaginer, dans mon cerveau pré-construit malgré moi, une « grande blonde, un peu potiche sur les bords ». Et contre toute surprise, je n’y suis pas du tout (oui, j’aime me tromper) ! Cathy ne sert pas le café, n’est pas idiote. Elle est attentive aux moindres détails, et j’aime ses côtés perfectionniste et préventive. Elle se soucie de la santé de son patron et, d’un travail bien fait. Elle évolue dans un environnement sain, calme et épanouissant (ce qui change des climats d’entreprises de nos jours, non ?). Mais, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la distance à instaurer entre son patron et l’assistante du patron. En effet, Cathy et son boss entretiennent des relations que je qualifierais -d’amicales-, ce qui permet à Cathy de se sentir bien au travail. Cette proximité professionnelle doit-elle nous « contraindre » à nous livrer de façon intime ? Comment séparer notre vie privée de notre vie professionnelle ? Ici, j’aime ce côté rassurant du cadre professionnel. Le bien-être prime sur l’organisation du travail et cela me réconforte de savoir qu’il existe des entreprises telle que celle-ci.
Ce contexte est l’exact opposé de celui présent dans le livre de Joël DICKER,
« La vérité sur l’affaire Harry Quebert ». Le monde du livre est décrit comme oppressant où l’argent est roi. Je trouve cette controverse est plutôt apaisante et manque cruellement de nos jours

De plus, j’aime le calme et la sérénité qui se dégage de la plume de l’autrice. Elle m’offre une bulle de douceur qui m’est plus qu’agréable, car elle me fait m’échapper pendant quelques pages, d’un quotidien, pas toujours rose. Elle nous montre avec cette belle histoire que lorsqu’on aime ce qu’on ce que l’on fait, on est heureux de se lever le matin. C’est pourquoi, je commence alors à cerner davantage ce qu’est un roman optimiste.

Être heureux au travail n’est pas le seul sujet qu’aborde ce roman. Il traite aussi de la confiance, en amour, que l’on porte à son ou sa partenaire. Lorsqu’on est blessé par celui ou celle que l’on aime, comment reprendre goût à l’amour et y croire à nouveau ? Comment soigner ses cicatrices ? Le rejet de l’autre a détruit une part de Cathy et c’est pour cette raison qu’elle s’est consacrée à sa vie professionnelle. Alors oui, quand Mike, le frère du patron, apparemment beau gosse, débarque dans les locaux, c’est la panique à bord ! Comment Cathy va t-elle vivre les attentions qu’il va porter à son égard ? Je peux comprendre qu’un comportement si romantique peut paraître suspect. Néanmoins, je suis partagée avec le fait que tout est beau dans ce roman, ce qui pourrait faire échos à un monde utopiste. Mais, n’est-ce pas une des fonctions du roman que de nous emporter dans un autre univers ou sur une autre planète ? Pour le coup, l’autrice a gagné son pari car j’aime la perspective positive qui s’y dégage.
J’adore ces auteurs qui nous vendent littéralement du rêve et nous parle d’amour. Ici, il passe par l’apprivoisement de l’autre. La communication entre deux être est décrite avec légèreté et émotions mais également en images : le pouvoir des fleurs. Je trouve intéressante l’idée d’introduire des fleurs, touche de romantisme à l’état pur. Un bouquet pour tous les moments heureux que l’on vit aux côtés de l’être aimé et une seule rose pour souligner l’être unique qui fait battre notre cœur.

De plus, j’apprécie que Cathy se pose des questions quant à son avenir, ce qu’elle ressent ou désire. Je pense sincèrement que ces moments d’introspection sont nécessaires à chacun, pour revenir au calme et ne pas se laisser submerger par ses émotions. Et quoi de mieux également que de consacrer du temps à ses amis pour faire le vide et dédramatiser ? J’aime cette complémentarité entre Cathy et son amie, juste suffisante pour avancer.

Enfin, une scène érotique est présente certes mais je confirme, n’est pas vulgaire du tout ce qui ajoute du piquant à l’histoire. Elle est décrite de façon réaliste où l’amour transpire entre deux corps qui s’aiment et s’attirent. Tout comme cette touche de péket dans le véritable café liégeois que sert le Restaurant As Ouhès, à Liège.

un binome idéal - émilie varier.jpg

Un Romanciak à la petite douce piquante qui change tout dans un magnifique café liégeois.

Merci à l’autrice pour ce magnifique roman qui m’a fait oublier tous mes soucis. Je retiens l’idée du restaurant où Madame a une carte où aucun prix n’est affiché ^^. J’apprécie les remerciements de l’auteur qui font mention de l’aide des bêtas lecteurs qui l’on accompagnée à aboutir à la publication de ce roman. J’aime que l’autrice s’adresse aux lecteurs, dessinant les objectifs qui l’on poussé à écrire. Sa sincérité m’a touchée…

Elle commençait à découvrir une autre leçon à retirer de son histoire. Elle ne devait pas arrêter de vivre sous prétexte qu’elle risquait d’être blessée. Au contraire, elle devait vivre pleinement chaque instant car tout pouvait disparaître en une seconde. Alors, plutôt que de vivre dans l’angoisse, elle préférait être heureuse, au risque de souffrir. Sauf que cette fois, elle savait qu’elle avait la force de se relever.

Le mot d’Émilie :
Si vous avez envie de mettre de côté vos préoccupations le temps d’une lecture douce et optimiste, « Un binôme idéal » est fait pour vous.
Je l’ai écrit avec l’envie de me plonger dans une histoire qui me remonte le morale et me fait plaisir. Et ça marche !
Alors si vous aussi vous aimez les fleurs, le romantisme et les bonheurs simples, je vous invite à vous lancer dans cette lecture.
N’hésitez pas à prendre contact avec moi, je serais heureuse d’échanger avec vous. 🙂
Je vous souhaite le meilleur ! »

 

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Qui n’aime pas les histoires qui finissent bien ?

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Le lien de son site internet juste et pour acheter son roman c’est par ici 🙂

Le tarot de l’Amour

Je lis des auto édités

logo-d

Pour un selfie avec lui, de l’autrice Sam RIVERSAG, 231 pages officielles, disponible sur Amazon et la Fnac en version numérique et brochée, paru en septembre 2017.

 

L’humour British ça donne ça : Un humour décalé, un regard tendre et ironique sur la vie amoureuse. Sur le ton de la confidence, Mary raconte… A Londres, elle vit un grand amour avec Simon, l’homme idéal. Mais sa vie se trouve chamboulée lorsqu’elle surprend son petit ami outrageusement dénudé en compagnie d’une autre fille dans leur appartement. Sa réaction intersidérale la surprend elle-même, elle ne se savait pas si forte. Au diable les hommes et leurs infidélités ! Vive la femme libre ! Le credo semble facile à tenir. Sa meilleure amie Lola est un peu déjantée et elle a un don douteux pour lire l’avenir, mais elle fait tout pour lui faire rencontrer d’autres prétendants.

BarreSeparation

J’ai vraiment adoré lire ce roman à l’humour décalé et à la plume légère. Tout de suite, on est embarqué dans les aventures rocambolesques de Mary. C’est à pouffer de rire et pourtant en toile de fond, l’autrice nous parle d’infidélité et de rivalité professionnelle, des sujets graves mais détournés avec brio. Du début à la fin, j’ai pleuré de rire. De nombreux rebondissements acidulés nous sont proposés page après page à l’image des – Gourmandises de Milé -. Il y en a pour tous les goûts : des cœurs, des cocas, des sucettes, des têtes de mort… Un peu comme les nombreuses stratégies que mets en place Mary, pour se sortir du pétrin avec l’aide de son amie, Lola, une pseudo voyante excentrique. Mais vous avez aussi votre part à jouer dans la vie de Mary, je vous rassure, de temps en temps, elle s’adressera à vous !

IMG_20190215_1223333 (2).jpg

Un Romanciak-Timer acidulé aux saveurs des Gourmandises de Milé à Seraing.

Comment se sortir de ses mensonges ? Comment affronter le regard des autres sur ses choix amoureux ? Comment faire face à l’infidélité et à la manipulation ? Autant de questions que l’autrice nous invite à prendre en considération car nous accompagnons Mary dans ses réflexions. Et oui, le monde n’est pas aussi rose qu’il n’y parait. Celui du travail peut aussi être source de tensions et de rivalités. C’est pourquoi, les différentes étapes que franchie Mary me font penser aux étapes du deuil (même si ce n’est pas un sujet gai, j’en conçois). Cependant, pour ne pas rester dans le tragique car ce n’est pas l’idée de ce roman, l’amitié profonde entre Mary et Lola est perceptible et me rappelle qu’il existe des personnes sur qui on pourra toujours compter.

– Qu’est-ce que tu vois ?
– Il y a plusieurs hommes dans ta vie (…)
– C’est professionnel ou sentimental ?
– C’est bizarre. On dirait qu’il existe dans les deux domaines (…).
– Est-ce que Mary doit se défendre ?
– Évidemment.
–  Comment ?
– Il faut harponner la baleine.

Je vous invite donc à partir en voyage avec Mary et Lola sans plus tarder ! L’écriture fluide et légère de l’autrice vous fera passer un agréable moment. Les chapitres courts, viendront titiller votre impatience. L’amour comme thème principal est travaillé avec des petites touches d’humour réalistes qui vous feront succomber. Tous les personnages de ce roman sont attachants et leurs caractères permettent de nous identifier à eux.

Ps : on oublie pas l’avis de Simon non plus, les hommes aussi ont leurs rôles à joue dans ce roman à l’humour épique !

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Vous aimez l’Angleterre ? Vous aimerez les aventures de Mary !

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Pour en savoir plus sur l’autrice c’est par ici.