Voilà pourquoi je n’ai jamais aimé les poupées

Prenez une maison de poupée finement travaillée. Placez-la devant la porte de la maison d’un flic. Que se passe-t-il ? Va t-elle exploser ? s’ouvrir ? lâcher un gaz toxique ? Découvrez-le en lisant le 1er policier de l’autrice Miss A. Purple.

livre en noir et blanc avec un pot de raisins secs

Aussitôt dit, aussitôt fait : entrons dans le vif du sujet

Voici donc le 1er roman de l’autrice Miss A. Purple. Plus qu’un policier, il s’agit là d’une affaire de vengeance. Et j’aime qu’on arrive directement dans le feu de l’action sans une interminable mise en bouche qui n’aurait que pour effet de nous plomber l’ambiance. Il me faut de l’action, du suspens, ce truc qui me fait me décider à tourner la page. Ici, nous avons ces ingrédients quoique je les trouve un tantinet timides. Ma critique est donc mitigée.

Des éléments perturbateurs, le détail de trop

Quelques petits détails attirent vite mon attention dans une enquête pour le moins originale. En effet, nous suivons la brigade de police dirigée par la lieutenant Evana. Une équipe plus que soudée qui doit faire face à l’imagination tordue d’un inconnu qui tue jour après jour.

Ma lecture est freinée par cette impression continue de lire des descriptions qui desservent parfois les personnages plutôt charismatiques de ce roman. Certaines tendent vers l’excuse trop forcée d’un comportement. Comme si pour que nous lecteurs, nous puissions accepter tel personnage et le penser crédible, il fallait le parer de milles et un costumes trop grands pour lui. Je dois dire que cela m’a beaucoup gênée car je n’ai pas apprécié qu’ils cherchent à s’excuser au lieu d’agir ou de penser et d’assumer leurs caractères. De plus, l’écriture à la 3e personne renforce cet effet.

Notre enquête poursuit néanmoins sa route et les indices se font rares. Si bien que l’on commence à douter de n’importe qui. J’ai été agréablement surprise par les textos prenant la forme d’une image, cela apporte une touche de réalisme et d’interactivité à l’histoire bien que je ne puisse en trouver le sens caché. J’aime l’idée d’apporter un échange différent avec le lecteur mais celui-ci me semble trop sortit de nulle part.

Place aux 1er interrogatoires maintenant. J’aime le dynamisme avec lequel ils se déroulent. Les réponses sont diversifiées et n’apportent pas tout de suite des éléments intéressants pouvant faire avancer l’enquête. Le suspens s’installe donc. Cependant, je trouve peu crédible le fait que la mamie interrogée donnent les bons chiffres tout de suite à la police concernant une plaque d’immatriculation car elle dit ne pas avoir une bonne vue juste au-dessus. Ni qu’un des enquêteurs puisse retrouver une femme disparue en quelques heures sur un coup de fil du lieutenant. Mais soit, nous sommes dans une fiction. Malgré tout, je m’attendais à un peu plus de réalisme.

Enfin, je trouve que les dialogues sont très (trop) nombreux et qu’ils cassent parfois le rythme de l’histoire plutôt que de lui donner du peps. Les répliques sont trop lisses, trop cordiales et les côtés sombre et angoissant de l’enquête ne ressortent pas assez à mon goût. Cependant, le côté fraternel et protecteur de chacun des membres de l’équipe est plus que présent et traduit un sentiment d’unité non négligeable.

Une histoire originale à la thématique forte

L’histoire est cependant intéressante et bien travaillée même si selon moi, elle manque de ce petit truc qui fait qu’on ne peut pas décrocher de notre lecture. En effet, elle montre les facettes et les coulisses d’une brigade de police mais reste un peu trop scolaire à mon goût. 

Ce que j’ai le plus apprécié fut la symbolique cachée derrière cette maison de poupée, qui est assurément le gros point fort de ce policier ! La maison de poupée utilisée comme symbole de l’apparence superficielle est très bien trouvé ! S’attacher aux détails cachés sous le miroir peut s’avérer très lucratif et répond aux nombreuses interrogations que l’on peut avoir.

Comme je le mentionnais au départ, il s’agit d’une histoire de vengeance qui peut mener à la folie meurtrière. Quand une âme d’enfant meurtri prend la parole, elle le fait avec rage et minutie. Et cela est très bien mis en valeur dans ce roman malgré la rapidité hallucinante avec laquelle se déroule la scène finale.

Dans l’ensemble, ma lecture reste mitigée du fait des trop ombreux détails qui ont ralenti ma progression et les redondance dans l’évocation du prénom d’Evana. Mais je reste persuadée d’être passé à côté de quelque chose.

Je vous laisse en compagnie de l’autrice dont l’histoire est très touchante

Quand j’étais plus jeune, je n’écrivais que des petites histoires. Puis, un jour, après avoir lu « L’appel de l’ange » de Guillaume Musso ( je devais avoir 21 ans ), j’ai eu vraiment envie de projet plus important, d’écrire des romans ! Ce que j’ai commencé à faire, notamment avec « La mystérieuse maison de poupées ». Malheureusement, le temps a défilé rapidement et j’ai eu très peu de temps pour moi et pour l’écriture…

Fin février 2017, j’ai emménagé dans une nouvelle région… Le 1er mai 2017, nous avons eu un incendie dans notre nouvelle maison. En cherchant dans les décombres, j’ai retrouvé certains des romans que j’avais commencé à écrire quand j’étais plus jeune, dont « La mystérieuse maison de poupées ».  De là, j’ai pris la décision, plus fort que cela, je me suis fais la promesse de terminer d’écrire ce roman et de le publier. Ce que j’ai réussi à faire pour l’année de mes 30 ans, l’année dernière, en 2019. Il est parfois difficile d’expliquer ce que nous ressentons à ce moment-là… cette sensation de bonheur, de joie, de satisfaction, de rêve enfin réalisé…  Élément intéressant, durant toute ma période d’écriture, le mot rêve était en permanence dans ma vie…

Dans les romans, à la télé, au travail, tout simplement en discutant avec des proches… Ce mot « rêve » revenait toujours et revient encore et encore… C’est pour cela que je cite Pierre Curie et que je souhaite à toute personne de réaliser son rêve car cela fait partie de ce qu’il y a de plus réjouissant dans la vie.

couverture livre maison de poupées
2019
400 pages
4.99€ l’ebook et 18.90€ le livre

Vous avez aimé cet article partagez-le !
Lire les autres critiques

Un grand merci à Miss A. Purple pour sa gentillesse et un bon courage dans l’écriture de son 2e roman ! Merci également à Henri de Librinova pour cette lecture.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s