Notre amour emporté par les flots : Isabel Komorebi, la conquête d’un monde nouveau

L’amour et la haine ne sont-il pas les faces d’une même pièce ? Je vous donne mon avis sur le dernier roman d’une autrice-poète que j’apprécie beaucoup pour sa finesse et son regard atypique sur le monde qui nous entoure. Une surprise à la fin de cette chronique vous attend !

couverture livre bleu et rose avec jeune femme de profil
Entrez dans un monde de douceur

Mes 5 sens ayant été titillés tout au long de ma lecture, j’ouvre cette chronique en vous livrant les sons et les émotions qui m’ont marquée :

  • ressenti murmuré
  • mélancolie lancinante
  • recommencement écrasant
  • conte doux et sucré

J’ai eu l’impression d’être à côté des personnages, de les toucher, les sentir. Le lecteur est accueilli avec poésie et mystère. Nous nous demandons où nous allons être emportés. Comme un guide, je le suis me laissant tenter par cet appel peu coutumier.

Tout semble calme lorsque soudain un déchirement se fait entendre, mettant mes sens en alerte. Je découvre une jeune femme dont on sent très vite, une envie d’ailleurs, d’évasion. Romy. À bout de souffle elle semble dépasser par la vie suite à la perte de son grand amour. Perdue dans une ville où les habitants ne semble guerre chaleureux, elle tente d’échapper à une forme de destin tragique qui l’attend.

Un premier message à la mer…

Romy est en pleine ascension pour reprendre possession de son esprit et de son corps à la dérives. Un tragique accident qui lui a presque fait perdre son dernier souffle. Des allusions à la reconstruction de soi et à l’aide des proches pour affronter la douleur sont glissés à travers ce roman. Nous quittons un monde égoïste pour y trouver soutien, entraide et compassion.

Même s’il résonne avec l’actualité, ce roman a des allures de conte ce qui le rend intemporel. Ne cherchez pas de date, il n’y en a pas. Ce livre est comme un conseil que l’on pourrait recevoir d’un sage.

mot de l'auteur d'isabel komorebi

Aran, c’était ça son prénom

Un inconnu intervient au sein de cette harmonie douloureuse. Un étranger. Un inconnu. Un homme. Nous découvrons ainsi l’importance d’un prénom. Celui qui forge notre personnalité, qui nous fait exister à travers la foule. Cet homme qui tente d’entrer en contact avec Romy suite au crachement de la mer, de son équipage.

Les questionnements sur la vie et sur la mort sont bouleversants et tellement proches de ce que l’on peut vivre dans la vraie vie ! J’ai été piquée à vif tant parfois les mots sont durs et incisifs. Certaines parties sont mêmes cruelles et injustes.

La force de l’amitié

L’amitié entre Romy et Victoria est belle et puissante. C’est une preuve d’amour dont ce roman est cruellement et tendrement gorgé. Le travail du duel est très bien peint je trouve à travers cette romance qui témoigne des difficultés que l’on peut rencontrer lorsque la mort s’invite dans les cœurs mais que la raison décide de vivre et de trouver le bonheur. Comme il reste encore de l’espoir dans le cœur de Romy. 

Une romance vive et douce à la fois. Vive dans sa douleur et sa perte de l’être aimé et douce dans la poésie qu’elle dégage. 

Le titre est très bien choisi je trouve car les flots prennent et déposent en même temps. Ce qui résume bien l’histoire.

Un roi et une reine

Une attirance étrange mais attendue se passe entre Aran et Romy. Nous soupçonnons qu’ils sont fait l’un pour l’autre mais plusieurs forces extérieures les empêche de se réunir. Ils apprennent à se découvrir, à s’écouter. Le temps devient un allié.

Dans l’ombre la jalousie se profile en un homme dont l’amour pour Romy s’est révélé plus fort depuis la mort du mari de cette dernière. Un rejet pour l’étranger qui lui vole son trône. La différence d’avec l’autre nous fait souvent peur et dans son incompréhension, nous nous surprenons à agir avec méchanceté voire avec haine. C’est le cas ici.

Outre ceci, l’autorité de l’armée qui souhaite se débarrasser d’Aran, le faisant vivre entre angoisse d’être expulsé, amour pour sa promise et l’envie de rester auprès d’elle.

Puis, la visite de la jalousie.
Puis, un coup de feu au loin…

Un homme le pistolet à la main.
Une femme derrière une colline.
Un homme à terre.

Qui d’entre eux aura la force de se relever ?

Découvrez-le en tentant de remporter un exemplaire numérique de la dernière romance d’Isabel Komorebi !

Rendez-vous le 15 avril 2020 sur Insta’

Rendez-vous sur Instagram pour en savoir plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s