Une cure thermale qui tourne au drame

Qui n’a jamais rêvé de se retrouver chouchouté pendant quelques jours ? Destination les stations balnéaires où l’eau douce et chaude revigorent même les plus réfractaires. Mais quand celle-ci vire au drame, seule la commissaire Bombardier peut intervenir. Je recommande cet ouvrage à ceux qui souhaitent passer un agréable moment tout en étant sensibilisés sur des sujets actuels et polémiques. Découvrez pourquoi en lisant ce qui suit.

ne jetez pas les morts au compost-catherine secq

Un bouillon au tofu frais ça vous tente ? Idéal pour garder la ligne !

Un humour tout en retenu

Pour cette seconde enquête menée par la commissaire Bombardier, que je suis ravie de retrouver, Josiane devra trouver le coupable d’un meurtre pour le moins surprenant. Quand l’eau et la terre se mélangent à bonne température, cela nous donne un magnifique engrais naturel. Quand est-il si vous y ajouter un soupçon de chair fraîche ? Un grand merci à l’autrice de nous apprendre les techniques de compostage d’une manière ludique et simple. Ne pas avoir besoin d’un dictionnaire à côté, ça change la vie !

A la Roche Posay, c’est une policière en moins bonne forme physique que je retrouve. Ce qui nous montre que le temps a passé et que certains incidents ont mal tourné pour notre si robuste commissaire. Heureusement que son humour légendaire n’a pas été atteint. Même si je le caractériserais de « discret » dans ce second tome. Vous rappelez-vous des limites de sa patience dans meurtre bénévole ?

N’hésitez pas à partager vos ressentis et me dire si vous avez déjà lu ce roman !

Des thèmes forts traités avec humour

J’ai apprécié que l’autrice nous dévoile davantage l’intimité féminine de Josiane. Le touché est un sens très développé à travers ces lignes. En effet, nous apprenons que, comme beaucoup d’entre nous, la commissaire n’est pas si bien que ça dans sa peau. Elle se trouve trop enrobée, meurtrie, recherche l’amour… Cette proximité d’avec les lecteurs témoigne qu’au-delà d’être un personnage fictif dicté par une plume humoristique et sincère, se cache monsieur et madame tout le monde. Voilà qui est très rassurant ! Ainsi, chacun d’entre nous peut se reconnaître à travers ces petits défauts qui impactent tant notre confiance en nous. Les côtés réalistes et authentiques de la commissaire ont évolué.

Se déroulant dans un village, les ragots vont bon train. J’ai trouvé intéressant d’oser parler des formes de discrimination dont certains habitants sont victimes. Ici, la couleur de la peau noire est visée. Des devoirs de prestance et d’apparence sont de rigueur si l’on souhaite maintenir de bons rapports de voisinage. Mais cela va au-delà d’un regard malveillant et peut conduire, dans les pires cas, jusqu’au rejet et au soupçon de meurtre.
La superstition rythme également l’ambiance feutré de ce roman. 
Bien que l’eau thermale puisse avoir des bienfaits surprenants pour ceux qui s’y plongent, d’autres formes de bien-être sont évoquées dans ce roman, comme la magie blanche. Nous rend-t-elle accro ou n’est-ce seulement que des mensonges ?

Nous parlions du besoin d’être aimé un peu plus haut. L’autrice évoque une autre forme de discrimination envers l’homosexualité. Être libre de choisir l’heureux élu n’est pas toujours respecté dans notre société. Surtout si l’on aime d’une façon non-conventionnelle. J’ai apprécié la pudeur et la non-invitation au débat polémique que cela peut engendrer. Non, l’autrice souhaite seulement pointer du doigts les actes et paroles dont souffrent certains, afin de nous sensibiliser à davantage de tolérance.

Enfin l’adultère est également abordé dans ce roman. Ce sujet sensible complique à juste titre, le démêlage de l’enquête à laquelle est confrontée la commissaire. Mais c’est également ce qui pimente l’histoire et créé cette ambiance de tension.

Une affaire résolue ?

Les nombreux rebondissements présents rythment à merveille cette enquête dans laquelle nous sommes pris du début à la fin. Bien sûr, pour nous, tous les personnages forment des suspects parfaits. Nous retrouvons également les légendaires croquis qui apportent un côté à la fois drôle et ludique au roman.

La plume de l’autrice détaille toujours aussi bien l’ambiance et les paysages où nous sommes, ce qui soutient une lecture rapide et attractive.

Non, non. je suis de l’avis de l’inspecteur. je vous félicite pour votre sang froid et votre maîtrise de la situation, mon adjudant-chef. Merci à vous. Qui sait ce qui aurait pu arriver sans votre courageuse intervention.

Pssst ! Comme c’est le thème de ce polar humoristique, voici les ragots de Catherine

Hello amis lecteurs, cette fois-ci je vous emmène dans l’univers des thermes de La Roche Posay, un lieu pas si feutré que l’on veut bien le dire !

Cette nouvelle affaire de la commissaire Bombardier m’a été inspirée à la suite d’une cure que j’ai réalisée dans ce lieu que j’adore. Pour l’anecdote, les 4 curistes dont il est question dans le livre sont de vraies personnes rencontrées là-bas et devenus ami(e)s. Avec leur accord, je leur ai confié un petit rôle dans l’histoire (en ayant au préalable modifié un peu leur nom et prénom). Cela nous a bien fait rire. J’espère que vous aussi, vous prendrez du plaisir à lire ce polar humoristique. C’est tout le mal que nous vous souhaitons, la commissaire et moi.

Couv_ne jetez pas les morts au compost4 BD300

Au pays des sorcières, entre Berry et Poitou, une petite ville thermale tranquille va être le théâtre d’un meurtre répugnant. Il se passe de drôles de choses dans le milieu feutré des thermes, vous n’imaginez pas. Parmi les curistes, je vais devoir, malgré moi, donner un petit coup de mains à la brigade de gendarmerie locale, peu habituée à traquer les assassins. Avec l’aide de mon jeune assistant, Paul Holo, je vais mener cette enquête tambour battant, secouant au passage quelques préjugés bien ancrés. Tant pis !

 

 

Je lis des auto éditéslogo-dAvec le soutien des agents littéraires de Librinova
– 217 pages – Juin 2019
2,99 € l’ebook et 14,90 € la version brochée

3 réflexions sur “Une cure thermale qui tourne au drame

  1. Pingback: Ne jetez pas les morts au compost – Les enquêtes de la commissaire Bombardier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s