PAL – Juin 2019

juin 2019.png

Hellow mes petits gourmands 🙂 Comment allez-vous ?

Je tiens à vous informer que je n’écrirai pas mon bilan du mois de mai. Mais, pour me rattraper, je vous livrerai d’autres informations croustillantes me concernant très bientôt 🙂

Aujourd’hui je vous fais découvrir ma PAL du mois de juin.

Au menu

  • L’inconnue de l’équation Xavier MASSÉ
  • Écueil de poésie – Alexandre MAJORCZYK
  • La fragilité des rêves – Dimitri DEMONT (partenaire gourmand)
  • L’étrange affaire Laprades – Jean JOLLY
  • La contemplation des lignes –  Isabel KOMOREBI
  • Suivre les vagues – Tome 1 – Anaïs W.

(Oui je sais, les livres ne sont pas classés par ordre alphabétique, c’est normal ! Comme beaucoup d’autres lecteurs, j’organise ma petite popote au gré de mes envies et des arrivées gourmandes)

Pour ce mois de juin, je me laisse séduire par un recueil de poésie. Toujours un soupçon de romance avec en toile de fond le dernier thriller de Xavier Massé et un policier. On ne change pas des genres littéraires qui gagnent à me séduire !^^

Vous retrouverez prochainement toutes mes chroniques en cliquant sur les titres des ouvrages dans ma PAL rubrique « Inventaire livresque ». Elles sont également disponibles dans mon bar culturel en cliquant sur les rubriques « Livres par titres » et « Livres par auteurs ».

Bonne dégustation !

Et vous, que lisez-vous ?
Publicités

Deaf : le livre OVNI de la fiction qui respire

Je lis des auto éditéslogo-dDeaf, tome 3, de l’auteur Joseph KOCHMANN,  306 pages officielles, auto-édité en 2018. Disponible en version numérique sur Amzon.

BarreSeparation

Résumé : Une pièce de théâtre qui tourne mal, des créatures mystérieuses et squelettiques, un Roi sourd. Autant d’ingrédients vous attendent dans les aventures de quatre personnages principaux : Manon Dauphin, combattante courageuse, Camille, artiste, Edward, un fan de livres et Eric, un fermier pas si branché agriculture. Parviendront-ils à survivre à ce monde étrange et ainsi mettre un terme à leurs sordides histoires ?

BarreSeparation

Alors oui, j’ai dû m’adapter au style de l’auteur. Je me suis demandé durant ma lecture si c’est moi qui ne comprenais plus rien ou si l’auteur se jouait de mon intelligence. Je n’ai eu ma réponse qu’à partir de la page 200. C’est juste brillant ! Je suis tombée des nues quand j’ai enfin compris que ce qu’il m’arrivait était décemment voulu par l’auteur. Je crois bien ne jamais avoir été autant baladée par des mots, des émotions contraires et paradoxales.

C’est ça que j’ai compris : on utilise notre ressenti pour parler de choses plus larges.

Je veux utiliser mes émotions pour parler de quelque chose qui touche tout le monde, quelque chose de puissant.

Deaf - Joseph KOCHMANN.png

Une Dark fantasy qu’il vous faudra affronter avec un délicieux verre à café (oui, c’est tordu, comme ce 3e tome de la Trilogie des Singes de la Bêtise) de Péket à la pomme. Santé !

J’ai tenté, comme beaucoup je suppose, de contrôler ma lecture, à tort. C’est-à-dire que j’ai essayé d’analyser (comme je fais toujours) chaque mot, chaque phrase. J’ai voulu trouver des liens, des réponses, en vain. Et c’est ce que je trouve brillant : je n’ai rien compris à ce livre jusqu’à la toute fin où la révélation finale m’a décroché un rictus nerveux et un rire incontrôlé. C’est ce qui peut vous attendre, si vous entreprenez la lecture du troisième tome de – La Trilogie des Singes de la Bêtise -. Rien que le nom de cette dernière vous met dans un contexte atypique, trash mais également sensible et sincère. Vous est-il déjà arrivé de vous retrouver perdus pendant votre lecture mais d’adorer ça ? Réveillez le psychopathe qui sommeille en vous !

Parce-qu’au delà d’un univers fantastique violent et noir, qui peut sembler décousu, il y a des thèmes très forts derrière ce livre. Je trouve que l’auteur traduit à sa sauce une sorte de dissertation philosophique avec en introduction : un décor où un Roi sourd, Deaf, est à la tête de la ville de Dantry. Il y décrit les habitants impuissants, meurtris, sous le règne d’un tyran qui aime le sang, le contrôle et, le pouvoir. Un sous-entendu politique qui nous pousse à nous interroger (en ce temps d’élection) sur la face cachée d’une gouvernance démocratique qui serait peut-être à sens unique… J’ai réussi à percevoir une forme de soumission à adhérer à des idées qui contredisent des valeurs profondes. Mais également la discrimination subie par certain. J’ai beaucoup aimé l’image du mur, utilisée par l’auteur pour souligner cette frontière entre les membres du pouvoir et le peuple.

En thèse, nous avons le thème de l’amour qui vient titiller nos propres ressentis et émotions. Le personnage de Camille est juste parfait dans le rôle de celle qui a un cœur sombre, dépressif et une sensibilité comme nul autre. C’est le personnage auquel je me suis le plus attaché. Déjà parce qu’elle écrit mais également parce qu’elle sait voir au-delà des apparences, un peu comme si elle parvenait à lire dans les cœurs des personnes qu’elle rencontre. Sa pièce de théâtre, bien qu’elle fût un fiasco total, sait pourtant permettre au lecteur de s’attacher à sa vision du monde où l’amour est à la fois salvateur et destructeur. L’amitié y tient une grande place. Jouer avec les sentiments des autres, user de manipulation pour parvenir à toucher l’autre sont autant de ressources et de souffrance que nous retrouvons dans la vie quotidienne. Des thèmes en contradiction avec un monde rose auquel on s’attend. Des tragédies venant clôturer le spectacle de ceux qui se risquent à aimer un peu trop. La difficulté d’aimer est donc abordée ainsi que celle de gérer ses sentiments. Le jugement et la critique sont pointer du doigt : comment comprendre ce qui arrive à l’autre si nous ne traversons pas nous-même une telle situation ? Peut-on simplement compter sur l’empathie ?

En anti-thèse, nous retrouvons des actions qui s’enchaînent, parfois avec des rebondissements imprévisibles, des fins brutales et qui ne font pas sens pour moi. Du moins, pas tout de suite. L’auteur y développe des personnages hors du commun mais aux personnalités qui elles, sont bien réelles : altruiste, sincère, vaillant, cruel, manipulateur. Je note que l’auteur aime jouer avec les cinq sens et les utiliser pour mener à bien son intrigue. Une introduction qui nourrit l’histoire et les personnages mis en scène, chacun à tour de rôle. De plus, l’apparition des créatures hybrides mettant à mal la progression des personnages, pourrait représenter la mort de nos envies et de nos projets, l’amertume de l’amour à sens unique, la rancœur éprouvée vis-à-vis de ceux qui ne nous comprennent pas et le stress d’un quotidien trop lourd à porter. En un mot ? Pression. Je trouve que ce symbole est fort de par les sens multiples qu’il offre à chaque lecteur.

En conclusion, j’ai vraiment adoré être malmenée par l’auteur qui instaure un climat décousu, des morts cruelles, agressives et chocs. Ce que je trouve génial, c’est que ce climat de tension et d’incompréhension permanentes qui nous embarque dans une réflexion autour de l’amour, la mort, la haine et le contrôle. L’auteur a su mettre en avant sa capacité à nous retourner le cerveau, jouer avec nos émotions, nous faire douter de notre propre intelligence et finir par nous révéler la supercherie qui n’est rien d’autre que la dissertation sur un thème que nous aimons tous : l’Amour. Merci. N’y aurait-il pas une pointe autobiographique dans ce troisième tome ? La fin en tout cas, en surprendra plus d’un et m’a fait écho aux livres cultes de J.L. STINE, Chair de Poule. Si vous lisez Deaf, vous comprendrez pourquoi. Je n’ajouterai que trois mots : Gloire à l’œil !

 

Le mot de Joseph
Merci beaucoup à Alexandra pour son retour sur le dernier tome de la Trilogie des Singes de la Bêtise.
C’est une grande aventure en trois actes, chacun pouvant être découvert indépendamment, à travers des univers très différents et pourtant tous liés par leurs personnages, leurs secrets et leur violence.
Il m’a fallu dix ans pour terminer cette saga développant des thèmes qui me tiennent très à cœur, notamment la mort, la justice, la créativité, et, surtout l’amour.
J’espère vraiment que vous aimerez Mute, Blind et Deaf autant que j’ai aimé les écrire.

BarreSeparation

L’addition, s’il vous plaît

Deaf, tome 3 - Joseph KOCHMANN.png

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Êtes-vous philosophiquement barré ?

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Merci à l’auteur pour sa disponibilité, sa simplicité et son univers atypique.

Un Huis-clos à l’intelligence artificielle

Je lis des auto éditéslogo-dThe Prison Experiment, de l’auteur Éric COSTA, 680 pages officielles. Disponible en version brochée et en version numérique sur Amazon. Publié en 2018.

 

Le résumé de votre mission : 13 hommes dont une femme, vont devoir se rendre incognito, dans ce grand dôme obscur et invisible de tous surnommé « l’Œuvre«  par son créateur, Dédale. Dans cet immense labyrinthe ont été enfermés 5300 détenus volontaires. Aujourd’hui livrés à eux-mêmes, personne ne sait ce que sont devenus ces détenus, ni-même ce qu’il s’y passe exactement. Aurez-vous le courage de réaliser cette mission ?

BarreSeparation

Bienvenue dans un univers aux évocations mythologiques me dis-je à moi-même. Juste le temps de m’armer de mon P90 et je vous livre mes impressions…

Je me dis que ce pavé, écrit relativement petit va passer entre mes mains. Je suis excitée par ma future lecture et j’aime ce sentiment d’impatience qui m’envahit.
L’intrigue me promet d’être transportée dans un univers apocalyptique et d’être guidée par un commando d’exception. Que vais-je rencontrer sur ma route ? En lectrice organisée et prudente, je prends soin de lire les recommandations que l’auteur a glissé à notre attention, à la fin de son ouvrage. C’est vraiment une très bonne idée car il y a énormément de personnages dans son roman. J’ai apprécié m’y reporter quelques fois pour être sûr de ne pas confondre un personnage avec un autre. Bien pratique !

En parlant de personnage, celui d’Elena, que l’on peut voir sur la photo de couverture est juste génial ! Je m’identifie à cette femme courageuse, réservée et très intelligente (sans vouloir me vanter^^).

Premières pages, premières impressions. Une tuerie ! Wow ! Ce roman m’a bouleversée, bousculée, angoissée, paniquée, car il s’agit d’un véritable massacre au niveau de cette expérience qui mène inévitablement à la mort… Comme Elena, membre du commando, j’avance à pas de loup dans un univers hostile et angoissant. J’ai littéralement peur de trouver un piégeur derrière ma porte alors je n’ose pas décrocher de ma lecture en restant au chaud dans mon lit, tant pis pour la dernière commission du soir lol. Ma lecture est incroyablement addictive ! L’auteur a une plume en or, tellement fluide et détaillée que je n’ai pas de mal à m’imaginer faire partie de ce commando. Oreilles en alerte, j’aime la tension qui me tient pendant ces 680 pages ! Âmes sensibles, suivez-moi.

Pour survivre dans cet état de mort sociale dans laquelle je m’enfonce, il m’est nécessaire de ne pas penser, ou de tenter de penser le moins possible au monde qui fut le mien jusqu’à ma chute. (…) La liberté dites-vous ? Où se trouve la véritable liberté ? Où est la prison ? (…) Vous êtes-vous déjà demandé qui a le véritable contrôle sur votre vie ? Vous êtes-vous déjà posé cette question, la plus importante à mon sens : quelle illusion préférez-vous ?

L’auteur nous embarque donc dans une réflexion autour du contrôle et de la manipulation mentale, jusqu’à épuisement des forces physiques et psychologiques, jusqu’à un semblant de victoire sur l’autre. Je sens comme un besoin de prouver sa force, sa supériorité face à un autre être humain. Tension, épreuve de force ont rythmées ma lecture avec en toile de fond, une illusion d’espoir. Comment raisonner si on vous prive de votre capacité à entrevoir une porte de sortie ? J’ai beaucoup aimé cette idée d’avoir en permanence une surveillance à l’intérieur du dôme, des yeux qui voient tout à l’image d’un modèle de prison panoptique, comme si un intrus avait pénétré votre intimité. Vient alors un face à face avec le vide et, c’est à qui répondra en premier.

The Prison Expériment - Eric COSTA (2).jpg

Un Sanglot synonyme de massacre qui me laisse le ventre vide. Peut-être mon pc me sauvera-t-il …

Qui dit commando, dit chef. Qu’est-ce qu’il peut m’exaspérer ce Basileus, j’ai peur qu’il les fasse tous se faire tuer ! J’aime sa hargne mais je n’aime pas son individualisme et son égocentrisme envers les hommes (et la femme) qui l’accompagnent pour cette mission. Je note que l’auteur a pris le soin d’attribuer à chacun, des caractéristiques uniques qui les rendent réels. Les soldats ont du courage car moi, je ne sais pas si je serais entrée dans l’Œuvre.
Les prisonniers quant à eux, du moins pour les survivants, sont parfois comparés à des créatures, des bêtes, comme un mal qui nous ronge de l’intérieur, la naissance d’une folie aggravée. Les détails sont saisissants et bien écrits. Ce que j’ai beaucoup apprécié c’est que souvent, les scènes se déroulent dans le noir ou dans des conditions climatiques périlleuses, ce qui n’a fait qu’amplifier la tension ressentie de par l’imagination débordante qui s’active.
J’aime beaucoup l’idée de suivre l’évolution du commando mais également d’autres personnages en parallèle, tous autant traumatisé par cette expérience. Je n’ai pas eu de mal à suivre l’évolution de tous les personnages. Chacun a un rôle à jouer plus ou moins important. Le récit d’un des détenus qui nous parvient me plonge en Enfer. L’ambiance est à glacer le sang. Cette expérience me fait penser à celle de STANFORD (que l’auteur évoque également), bestiale, violente avec un gros plan sur le voyeurisme et la folie de l’homme. Et c’est bien de cela dont il est question : jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? Quand la folie remplace la raison ? A quel moment se déclenche la perte de contrôle de soi ? Enfermés dans une espèce de forteresse, les prisonniers sont livrés à eux-mêmes. La construction sécurisée de la prison, permet-elle de ne laisser s’échapper personne ou de ne faire entrer personne ? Malgré la dureté des conditions, de véritables paysages colorés se succèdent. Je me surprends à me demander comme Agellos, si ce que j’imagine est bien réel ou seulement un mirage. J’admire la faculté de l’auteur à nous faire perdre tous nos repères spatio-temporels, la folie nous guettant peu à peu. N’est-ce pas là une volonté de nous signifier que le cerveau humain est un labyrinthe dont on part en exploration chaque jour ? Je trouve que l’auteur sait nous donner un aperçu des risques de l’isolement et des effets qu’elle procure au cerveau. J’avais l’impression en lisant, d’être en exploration de mon âme au purgatoire.
Comme dans la vie réelle, il demeure des clans dans cette prison. Certains poussent la cruauté à son apogée, d’autres au contraire tente de vivre une vie « normale ». Les questions de vie, de mort, de liberté et d’enfermement sont très présentent dans ce roman. Quelles définitions y apposer ? Comment y accéder ou l’éviter ? Il semble que le désespoir soit une tentative de réponse que l’auteur met en avant.
J’aime que l’auteur face illusion au thème de la déviance, ici suite logique à un projet inhumain qui tourne mal. Tout le monde, je pense, peut se reprocher un fait dont il n’est pas fier et, qui l’a poussé à commettre quelques fautes.
L’évocation de l’intelligence artificielle est plus que d’actualité parmi les avancées technologiques qui bouleversent notre quotidien. C’est dingue de pouvoir aujourd’hui, recréer, imiter la vie ! Je me questionne alors sur l’équilibre entre l’inné et l’acquis, le bien et le mal. Une évocation mystique et biblique avec le nombre « 13 », me renvoie en échos la malchance qui plane autour du commando, composé de ce même nombre.
J’aime beaucoup ce jeu d’énigme entre le créateur et les « joueurs », qui dynamise ma lecture et qui complète bien cette notion de « labyrinthe » dont il faut trouver la clé. Le poids du silence est pesant, pourtant, l’auteur a su y mettre des mots qui résonnent comme l’Ange de la mort venant chercher son festin.
Comme dans la vie réelle encore une fois, l’auteur a pris le soin de poser en toile de fonds, l’organisation d’une société avec ses côtés positifs (entraide, amour, amitié) mais également ses travers (meurtres, vengeance, folie). L’activation d’un besoin de survie met à mal notre côté rationnel et altruiste. Nous retournons à la base de la création de l’univers avec la représentation des quatre éléments, dont les nombreuses épreuves de force contraignent l’acquisition.

J’ai vraiment adoré ma lecture ! J’ai ressenti angoisse et peur du début à la fin. Quelques fois, j’ai aperçu au loin un mirage d’espoir. Il y a énormément d’actions et de suspense dans ce roman. L’auteur a su accentuer et mettre en évidence nos plus profondes peurs, les menaces qui nous pèsent au quotidien dans un huis-clos extrêmement bien pensé et écrit. Lorsque je pensais que tout allait se terminer et que je pourrais sortir, l’auteur vient bouleverser et renverser ce peu de réconfort et d’espoir. Il met des mots précis sur la peur, la vie et la mort. Étant encore bloquée dans cette prison, j’attends avec  impatience que le commando d’Elena vienne m’en délivrer… Rendez-vous bientôt pour le tome 2 !

Le mot d’Éric :
Entrer dans l’univers de  » The Prison Experiment », c’est comme plonger dans le déluge, sous un vent de tempête, dans un froid polaire, pour ressortir trempé, éperdu et tremblant sous un soleil de plomb.
Je ne le conseillerais pas à mon pire ennemi, à part s’il est drogué aux émotions.

 

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Avez-vous survécu à votre lecture ?

Avez-vous trouvé la sortie ?

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Pour vous procurer ce roman allez visiter le site web de l’auteur juste . Vous pouvez aussi vous rendre sur Amazon en cliquant juste ici.

« Les chemins escarpés de la mémoire »*

*extrait de la dédicace de l’auteur dans mon exemplaire.

Je lis des auto édités

logo-d

La source S, de l’auteur Philippe RAXHON, 397 pages officielles, disponible en version brochée et électronique sur le site de Librinova mais aussi sur celui de la Fnac, paru en 2018.

Résumé d’une source anonyme : Le lien entre : plusieurs meurtres, un historien et une jeune chercheuse, ce qui lie : Paris, Rome ou encore Palerme, la réalité et la fiction ; s’avère n’être que la Source S. Mais qui ou quoi se cache derrière ?

BarreSeparation

Je commence ma lecture avec une citation de Sénèque. Je ne peux laisser échapper le fait que l’auteur ne l’ai pas choisie au hasard et que j’en découvrirai la raison au fil de ma lecture. Quelques pages prenantes plus loin, je commence à percevoir un début d’explication, ce qui me ravie. Pari gagné !

Les premiers chapitres sont justes addictifs si bien que pour m’arrêter de lire, je ne cède que lorsque mon corps me lâche et tombe de fatigue. L’auteur a su capter mon attention et ce dès le départ, c’est juste génial ! Ma curiosité ainsi titillée, je relève déjà qu’il a fait plusieurs recherches pour nourrir son ouvrage. Bon, il faut dire aussi qu’il travaille dans le milieu de la recherche en histoire^^. La façon dont me sont amenés les éléments, me laisse à penser qu’il s’agit d’une fiction mais qui va paradoxalement, au-delà d’une simple imagination.

J’ai l’agréable impression d’être présente à chaque scène, à chaque étape de la recherche avec Laura et François, deux historiens reliés par la traque d’une vérité historique.
J’ai beaucoup lu en avis, que ce roman est un remake du livre de Dan BROWN « Da Vinci Code », mais ce n’est pas mon impression. L’auteur se distingue non pas par les lieux, mais par une histoire inédite (bien plus prenante que celle que nous conte Dan BROWN, si vous voulez mon avis). Mais également par la façon dont il nous triture le cerveau avec des faits historiques et les mystères qu’il glisse au fil de son histoire, remettant sans cesse nos certitudes. Le lecteur devient le seul juge de sa vérité.

C’est vraiment le roman le plus complet historiquement mais aussi le plus ardu que j’ai lu pour le moment sur l’histoire de la naissance du Christ. L’image du téléphone arabe me vient en tête lorsqu’il s’agit de faire passer un message à son voisin, ici de conter et de faire voyager l’Histoire. Message déformé, sublimé ou tronqué, à vous de choisir car chacun est libre de sa propre interprétation. En effet, l’auteur nous emmène avec brio là où nous sommes prêts à aller et à remettre en questions nos croyances, nos certitudes et nos doutes. J’aime ce respect qu’il a de ne pas nous imposer sa vision des choses.

Je déduis, après la lecture de ce roman, que la mémoire peut alors signifier deux choses. La première est le fait de garder en tête, l’histoire de son héritage culturel et religieux. La deuxième pourrait se prêter davantage à l’action de « rendre hommage » en diffusant un message personnifié sur une entité religieuse. L’auteur mêle remarquablement bien ces deux visions historiques, pour nous livrer une cavale à couper le souffle, à travers le monde, jonchée de nombreux obstacles. Cette cavale signifie selon moi, qu’il faut parfois courir pour trouver la vérité et qu’elle n’est pas juste sous notre nez. La vérité n’est donc pas détenue à un endroit précis, mais un peu partout, car chacun possède une pièce du puzzle à construire.

J’aime beaucoup les deux personnages mis en scène. Il y a un vrai jeu de séduction entre les deux qui pourraient nous renvoyer à l’apprentissage de l’autre en douceur, outre son image plus professionnelle ou médiatique. Laura a un fort caractère mais aussi une passion dévorante pour l’histoire qu’elle entrevoit avec force et intelligence. J’aime l’image de sa peur de l’avion qui pourrait signifier la difficulté de s’attacher à un homme, de quitter ses peurs. Quant à François, il est attachant pour sa curiosité, son culot, ses relations professionnelles et surtout son coté épicurien. Entre deux escales, je me réserve le droit de me poser pour savourer mes délicieux croque-monsieur. Jugez plutôt …

IMG_20190309_1206477 (2).jpg

Un Sang qui s’accompagne de croque-monsieur à la bolognaise, au saumon et au jambon de parme. Rendez-vous chez Messieurs à Liège pour en déguster les saveurs. Demandez conseil à François ou Laura pour choisir votre vin !

Après m’être restaurer, l’image des deux historiens pourrait alors se confondre avec celle des voyageurs qui diffusent ces messages à travers le monde. Retracer des pans de l’histoire est une tâche très ardue qui mènera François et Laura à se faire des ennemis. En même temps, quand on touche à des personnages emblématiques comme le Christ ou Napoléon, il y a de quoi s’attirer la convoitise et la haine de certains, qui ont tout intérêt à ce que le monde reste sur ses certitudes et non une forme de possible canular.

J’aime beaucoup le passage de la grotte qui me fait penser à une sorte d’introspection. La recherche de la Source S peut ainsi sous entendre une quête de vérité sur soi mais aussi sur la vision du monde que nous nous en faisons. J’aime l’irruption du mot « fourberie » qui fait allusion au mensonge enterré. Le symbole de la séparation entre Laura et François me renvoie  à un déchirement historique entre la vérité et le mensonge.

Ce livre bouscule toutes mes croyances. Il peut être dérangeant dans le fait qu’il a la capacité à nous faire nager à contre-sens de notre logique. Je prends conscience de la difficulté à annoncer une vérité à autrui. Cet exercice reste délicat et le « bon moment » peut ne jamais arriver. J’aime alors le fait que François et Laura se promettent d’être toujours sincères l’un envers l’autre. Cette question de la vérité amène celle de l’honnêteté. Honnêteté envers ses valeurs, ses croyances, celui ou celle que l’on aime. Protéger par amour est aussi en toile de fond de ce livre.

Ce livre, en plus de toucher à la religion, fait l’abord de la Franc-Maçonnerie, sans rentrer dans les détails mais nous montre bien que plusieurs groupes secrets sont à la recherche de cette fameuse Source S, ce qui témoigne de sa puissance. L’incitation au silence est alors demandée, mais pourquoi ? Pour ne pas bousculer l’Histoire ? Pour ne pas perdre un intérêt ? Pour contrôler les esprits ?

Enfin, la question de l’héritage familial ou historique est présent dans ce roman. Les 5 couches d’un cercueil mentionné, pourraient faire penser à la célèbre matriochka qui représente la mère et ses enfants. Ici, un vrai lien unie Laura et sa mère.

Une chasse aux trésors, voilà ce que m’a offert ce roman. La faim de savoir et la soif de connaissances. Ce roman m’enseigne également que la vérité est partout et nul part à la fois et qu’il n’existe que sa propre définition de celle-ci. Tout est décrit avec le souci du détail, même les numéros de chapitres sont des chiffres romains !

Le Christ, Sénèque et Napoléon étaient réunis par le secret que François cherchait à découvrir. Les trois hommes n’étaient pas unis par une illusion, mais par une vérité. Et on ne cherche pas une vérité comme on déniche une illusion. (…) Or ces sociétés oublient aussi, et même bien davantage que les sociétés d’écritures, parce qu’elles n’ont pas d’archives de référence et les versions d’un évènement courent un plus grand risque d’être effacées par les versions des générations suivantes.

La fin me laisse littéralement bouche bée !

Alors, je laisse le soin à Philippe RAXHON de vous livrer quelques mots…

« Au fond, la Source S est une invitation à réfléchir sur la manière dont nous nous représentons la réalité, et nous-mêmes dans cette réalité. La Source S, en la matière, donne le vertige, c’est évidemment voulu ».

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Êtes-vous certains de vos certitudes ?

Merci beaucoup à Philippe RAXHON pour sa simplicité et sa réactivité. Sa plume est unique ! Je vous recommande de le suivre sur les réseaux sociaux et d’aller dévorer son livre !

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Troublante vision d’une réalité parallèle qui nous échappe

Je lis des auto éditésBleu Cobalt, de l’autrice Corinne RALLO, 377 pages officielles, versions électronique et brochée disponible via Librinova, paru en 2018.

 

L’émission du Dos Au Mur présente aujourd’hui deux portraits atypiques : D’un côté nous avons Samouraï, un puissant critique littéraire qui vit reclus dans son immense maison depuis 17 ans. De l’autre côté, nous avons Mérédith, une présentatrice TV aussi sulfureuse que scandaleuse. Un secret les lie. Sauront-ils faire face à leur transgression passée ?

BarreSeparation

Une émotion particulière m’envahit. Pourquoi ? Car, je chronique pour la première fois le roman de Corinne RALLO (quelle pression sur l’exclusivité !). Mais aussi car, ce fut une rencontre extraordinaire ! Vous découvrirez très vite pourquoi si vous lisez le roman de Gilles VOIRIN « La Pierre et le Bocal ».

Revenons à nos moutons. Nous avons affaire à un combat silencieux sur un thème polémique du clonage humain. Vous y êtes-vous déjà seulement intéressés ? Personnellement, je n’ai jamais creusé sur le sujet, j’ai juste, comme beaucoup peut-être, regarder des films et reportages aux visions parfois déformées ou incomplètes. Ce que j’ai particulièrement apprécié de prime à bord, est le fait que l’autrice ne nous donne pas son point de vue sur le sujet. En même temps, nous ne sommes pas à Green Peace… Au contraire, elle expose des faits, empruntant à la fiction ses images, ses métaphores et ses aventures. Bien que les dérives qu’elles mentionnent peuvent réellement se produire, il ne s’agit pas pour elle de faire l’apologie du clonage ou de pointer du doigts ce que l’on appelle vulgairement, le progrès scientifique.
La reproduction humaine est abordée sous les traits d’un commando assez spécial nommé « le Commando des Petits Anges ». N’est-ce pas un drôle de nom pour décrire l’horreur qui se cache sous la première couche ? Je suis intriguée par les faits qui se sont produits et j’ai hâte d’en découvrir les tenants et les aboutissants.

C’est lorsque les scientifiques avaient été sur le point de contrôler les mécanismes intervenant dans la reproduction humaine par clonage que tout dérailla. Procréer à l’identique avait le vent en poupe. Par la conservation de son génome, l’homme rêvait de son éternité non plus dans sa descendance naturelle mais dans la duplication de l’original. L’homme voulait une copie de lui-même. Un autre lui.

Ma lecture est prenante. Je suis embarquée dans un monde mi-réel, mi-fantastique où la technologie est à son apogée. Sans trop d’extravagance bien sûr, juste assez, pour s’imaginer dans un futur à la Matrix. J’aime ce décor planté avec un soucis du détail qui m’impressionne. Les nombreuses descriptions permettent de se projeter aisément dans ce microcosme d’entreprise que je trouve à la fois spécial et à la fois réaliste. D’ailleurs, la description que l’autrice nous propose me fait échos au décor du film « The Truman Show » de Peter WEIR, tant tout est trop carré, trop parfait, trop propre.
Tout de suite, je suis époustouflée (oui c’est le mot) par le style de l’autrice si bien que je suis obligé de faire une pause un instant, de relire à nouveau la 4e de couverture et, de regarder l’image qui y figure. Puis je me dit : elle a même pensé à détailler un détail ! Après un temps d’arrêt, j’en viens vite à la conclusion que j’adore le style de l’autrice à la fois visionnaire, nous offrant un regard intime sur un projet surhumain qu’est le clonage. Tout est minutieusement interprété, toute scène a une fonction précise : nous amener, à pas de loup, à découvrir la vérité sur les faits qui se sont produits il y a 17 ans. Un véritable suspense s’est installé. En un coup de téléphone, la machine infernale (pas de Jean COCTEAU cette fois) se met en route.

Chaque chapitre est court, ce qui rend ma lecture addictive. L’écriture est fluide et ordonnée. Selon moi, chaque chapitre est une scène à lui tout seul. Ce qui nous donne à voir une multitudes de tableaux tantôt colorés mais acides, tantôt sombres et curieusement doux. Des tableaux où se mêlent avancées technologiques futuristes et une version du monde un peu archaïque.

Puis, je découvre un premier personnage : Mérédith. Son regard de braise les charme tous, moi y compris. J’aime son impitoyable soif de pouvoir, la manière dont elle gère son émission de télévision, au carré et, j’aime son âme rebelle. Puis, un deuxième personnage des plus importants fait son apparition, celui de Sam (ou Samouraï de son prénom complet). J’aime sa façon de trancher avec des mots choisis en fonction de la situation. J’aime sa puissance et sa détermination qui l’empêchent de voir au delà de ses propres désirs. Deux personnages assez forts qui se ressemblent étrangement. Ils se complètent et ont la même vision de la grandeur qui ne peut que les rapprocher pour le meilleur comme pour le pire.
J’aime le fait que l’autrice nous donne la possibilité de nous forger notre propre opinion quant aux dérives et possibilités qu’offre le clonage humain. C’est à la fois fascinant et flippant. J’aime les personnages secondaires et l’allusion à un corps hermaphrodite que certains possède. Des difformités pour certains, des sublimations pour d’autres. Je remarque de nombreuses images et métaphores pendant ma lecture. Par exemple : Jalah, maquilleuse au sein de l’émission, est hermaphrodite. Selon moi sa profession n’a pas été choisie au hasard mais pourrait signifier deux choses : 1. Maquiller un visage = les gens ne sont pas forcement ce qu’ils prétendent être. 2. Maquiller la vérité = omettre certains faits ou les amplifier ou les sortir de leur contexte pour rendre un show attractif. C’est tout simplement brillant ! Avez-vous remarqué tous ces sous-entendus et sens cachés ? Ces parallèles enrichissent ma lecture. Peut-être est-ce un début d’explication pour comprendre le choix de la couverture du livre mettant en lumière un œil.

IMG_20190223_1902316 (2)

Un Sang, qui s’accompagne de croquettes au fromage de Herve préparées par les chefs cuisiniers du Restaurant As Ouhès sur Liège. Aussi croustillant qu’une news  dont le contenu ne nous est révélé qu’à la dégustation.

Je remarque ce roman aborde aussi la notion de la vie privée, qui est un sujet actuel. Je me questionne alors sur la manière dont on fouille nos vies, les outils que l’on créé pour aller de plus en plus loin et, la façon dont une poignée de personnes sélectionnent les points sensibles à donner en pâtures à la presse. C’est l’art du métier de Mérédith. Est-ce réellement tiré par les cheveux ? Je ne crois pas. Car c’est également une manière de sensibiliser un public : donner du scandale et vous obtiendrez plus d’audience.
Le concept de la vie privé se complète avec une réflexion cachée concernant la parentalité. Choisir de donner naissance à un enfant différent, difforme ou né du clonage humain est en soi plus qu’une réalité qu’une fiction. Quels parents sommes-nous aujourd’hui ? Certains désirent un enfant avec toutes les caractéristiques de Madame et de Monsieur, commandé presque sur mesure. Quelle est la vraie valeur de la vie ?
Cette parentalité redéfinie les contours de ce qui est de l’ordre de l’innée et de ce qui relève de l’acquis. C’est toute notre conception du monde qui se joue alors. Comment discerner le naturel du conçu artificiellement ?

Selon moi, ce roman remet en cause notre conception de la vie et de la mort ou sans aller jusque là, nous pousse à réfléchir davantage quant aux évènements qui se produisent autour de nous. Quelle est notre vision de la vie, de la mort, de la jeunesse ou de la vieillesse ? Où commence la fin et où finit le début ? J’aime que ces frontières soient mises à mal nous poussant dans nos retranchements.

Des scènes violentes sont présentes tout au long de ce roman et me donnent des frissons. Mais après tout, ne s’agit-il pas d’un thriller ? Comme par exemple, le suicide  d’un des personnages. De nombreux sous-entendus sont glissés dans cette scène avec minutie. Saurez-vous les percevoir ? Les détails sont presque cannibales et jettent en pleine face du lecteur l’absurdité de la reproduction humaine.
Ce roman est ponctué de nombreux rebondissements et nous offre une fin inattendue. J’aurais lu avec plaisir, les dix chapitres en plus !

Et vous l’avez-vous lu ? Si oui, qu’en avez-vous pensé ?

Quelle est votre conception de la vie et de la mort ?

Merci à Corinne RALLO pour sa gentillesse, sa disponibilité et son charisme. Douce et passionnante, elle sait me faire rire et réfléchir.

Retrouvez toutes mes chroniques gourmandes dans les rubriques « Livres par auteurs » et « Livres par titres » !

Ma 5ème rencontre partenariale à un goût de thriller à la Juliette…

Hellow mes petits gourmands 🙂 j’espère que vous allez bien ?

Si je vous disais que le personnage d’un roman est dorénavant ma partenaire gourmande, me croiriez-vous ? J’ai le plaisir de vous annoncer que : l’Autrice Corinne RALLO fait à présent partie de mon aventure gourmande !

Le sujet de son roman lui tient particulièrement et à cœur et m’interpelle fortement. Il s’agit d’un thriller sur le thème du clonage humain. Une couverture aguichante et mystérieuse et, un titre évocateur « Bleu Cobalt ». Embarquez vous aussi pour 377 pages de suspense en vous procurant son roman sur le site de Librinova en version électronique à seulement 2.99€ ou en version brochée à 18.90€.

Vous serez prochainement au bon endroit pour en savoir plus sur l’autrice et sur son roman en cliquant dans la rubrique  « Biographies des Auteurs ». Vous pouvez aussi y avoir accès en cliquant sur son nom, dans la rubrique « Liste des partenaires ».

Pour la suivre c’est par ici

adresse mail pro corinne.rallo.auteure@gmail.com

Instagram @corinne.rallo.auteure.7

Facebook Corinne Rallo – Auteure

Merci à Corinne pour m’avoir sollicitée ! Petit scoop : je serais sa première chroniqueuse !!

Oui vous avez bien compris, une chronique gourmande se prépare !

PAL – Février 2019

février.png

©media-tchat.org

Hellow mes petits gourmands 🙂 J’espère que vous allez bien ?

Aujourd’hui je vous fais découvrir ma PAL du mois de février.

Au menu

  • La vérité sur l’affaire Harry Quebert – Joël DICKER
  • Ombres et Miroirs – Maya AGORA
  • Bleu cobalt – Corinne RALLO
  • Bêta lecture – Créoline DE VENFRE
  • Des fous échappés d’un asile (début) – Éliane LANOVAZ
  • Anna Plurielle – Virginie VANOS

(Oui je sais, les livres ne sont pas classés par ordre alphabétique, c’est normal ! Comme beaucoup d’autres lecteurs, j’organise ma petite popote au gré de mes envies et des arrivées gourmandes)

J’ai vraiment hâte de goûter ces histoires aux styles plus ou moins décalés. En effet, je naviguerai entre policier, drame, thriller et fiction. Même si comme mémé Jacqueline je suis fauchée, lire n’a pas de prix.

Vous retrouverez prochainement toutes mes chroniques (sauf ma bêta lecture) en cliquant sur les titres des ouvrages dans ma PAL rubrique « Inventaire livresque ». Elles sont également disponibles dans mon bar culturel en cliquant sur les rubriques « Livres par titres » et « Livres par auteurs ».

Bonne dégustation !

Et vous, que lisez-vous ?